Auteur

Satoshi Kamata est un célèbre journaliste japonais. Né en 1938, il s'installe à Tokyo à l'âge de 18 ans. D'abord ouvrier tourneur dans un atelier, il travaille ensuite dans une imprimerie. Après avoir participé à la création d'une section syndicale, il est licencié. Il entreprend alors des études de littérature japonaise à l'université Waseda. Il écrit un grand nombre d'articles et de livres à partir d'enquêtes sur le monde du travail. C'est ainsi qu'en 1972, il décide de se faire engager pour six mois chez Toyota à Nagoya. Il décrit son expérience, sous la forme d'un journal, dans Toyota, l'usine du désespoir qui devient un best-seller. Réédité plus de 15 fois depuis sa publication en 1973, ce livre n'a rien perdu de sa force. Satoshi Kamata est également l'auteur de Japon : l'envers du miracle, traduit à La Découverte (1982) et Les Japonais ne sont pas ceux que vous croyez, chez Ellebore (1993). ...

Voir la page complète...

Préfacier

Paul Jobin

Paul Jobin est sociologue, spécialiste du Japon. Titulaire d'un MBA de la prestigieuse université de Keio à Tokyo, il a effectué de nombreux séjours professionnels au Japon, où il a rencontré Satoshi Kamata. Ses sujets de recherche portent sur le syndicalisme, la santé au travail et la pollution industrielle. Il enseigne la sociologie du Japon à Paris-VII et est chercheur associé au Centre de recherche sur les enjeux contemporains en santé publique (Inserm-EHESS). Il participe aussi aux travaux du réseau Asie dirigé par Jean-François Sabouret. Paul Jobin est l'auteur de Maladies industrielles et renouveau syndical au Japon, éditions de l'EHESS (2006). ...

Voir la page complète...

Traducteur

André L'Hénoret

André L'Hénoret est prêtre ouvrier. Ordonné prêtre en 1963, et membre de la Jeunesse ouvrirère chrétienne (JOC), il participe activement à mai 1968. Membre du syndicat sacerdotal "Echanges et Dialogue", il réclame des évèques le droit pour les prêtres de travailler et de se marier. En 1970, il part au Japon, à la demande de l'évêque de Yokohama. Il y vit vingt ans et devient un des meilleurs connaisseurs du Japon. Proche du monde ouvrier et du syndicalisme japonais, il réussit à implanter une section syndicale dans l'entreprise où il travaille. C'est sous le pseudonyme de Jean-Louis Folgoët qu'il traduit Toyota, l'usine du désespoir, publié une première fois en 1976 aux Editions ouvrières.Il est également l'auteur de Le Clou qui dépasse. récit du Japon d'en bas (La Découverte, 1997) ...

Voir la page complète...

Le livre

Le "système de production Toyota" est désormais connu dans le monde entier. Il a fait des émules et ses méthodes de management sont présentées comme un des éléments de la réussite incontestable du groupe automobile japonais. Pourtant, ce succès industriel ne se fait pas sans "casse" humaine. Kamata Satochi, journaliste d'investigation japonais, s'est fait embaucher pendant plusieurs mois sur une chaîne de Toyota. Toyota, l'usine du désespoir est le journal qu'il a tenu pendant cette période. Stress, maladies professionnelles, suicides : cela se passait en 1976. Cela se passe toujours aujourd'hui. Kamata Satochi nous montre l'envers du décor du miracle Toyota.

Voir la page complète...

Extrait

Voir l'extrait au format PDF

Actualités

A lire dans Politis l'interview de Paul Jobin "Toyota : des Mots sur la souffrance"

Plus d'informations