Auteur

Michel Espagne est historien des transferts culturels.

Voir la page complète...

Le livre

Plus de soixante ans après Dien Bien Phu, les accords de Genève et la fondation de la république au Vietnam, le temps est venu d’aborder ce pays lointain et à bien des égards si proche sous un jour nouveau. Loin de se résumer à un champ de bataille ou à un espace colonial dont l’émancipation a déclenché tous les mouvements de libération ultérieurs, le Vietnam a été l’un des lieux les plus frappants de rencontres entre les peuples et les cultures dans l’histoire humaine, un creuset de civilisations par rapport auquel les melting pots les plus souvent invoqués se résument à des équations beaucoup plus simples. Il y a certainement un moment vietnamien de l’histoire globale, les transferts culturels qui ont formé le pays donnant un écho universel aux cataclysmes qui se sont abattus sur lui. L’histoire ancienne du pays est déjà une histoire d’imbrications entre les cultures, chinoise et indienne. L’histoire moderne l’est davantage encore. Il est à peine paradoxal de dire que la France est un peu vietnamienne et qu’au Vietnam se déploient les virtualités des traditions politiques, lyriques, savantes qu’il a accueillies à travers la culture française, et métamorphosées. De la littérature aux beaux-arts en passant par les phénomènes religieux, le système éducatif ou la constitution des savoirs, on pourra désormais observer le dense réseau d’interactions qui constituent le Vietnam et le relient au monde. Des collections françaises en préservent souvent la mémoire. Ce livre invite à une exploration qui est aussi une introspection....

Voir la page complète...